ITALIE : EURO 2004
Vieri s'emporte
20 Juin 2004 - France

 

Les tensions qui électrisent le camp italien ont fait des étincelles, dimanche, quand Christian Vieri s'est présenté aux médias italiens pour finalement claquer la porte de la conférence de presse.

La colère de Vieri
Vieri est devenu furieux suite aux commentaires de deux journaux italiens qui suggéraient qu'il avait eu une altercation avec le gardien, Gianluigi Buffon, après le match nul 1-1 contre la Suède vendredi.

Mensonge
"Ce n'est que fabulation, une nouvelle invention de la presse", a déclaré Vieri. "C'est la dernière fois que je m'adresse à vous, les médias. Vous pouvez parler de football, comme bon vous semble. Je ne me suis jamais soucié de ce que vous écriviez. Vous pouvez dire ce que vous voulez sur moi en tant que joueur, mais si vous portez atteinte à ma personne, alors là... sachez que je suis un homme, un vrai, plus que vous tous réunis."

Occasions manquées
Les prestations de Vieri au cours de l'UEFA EURO 2004™ ont été critiquées. Surtout contre la Suède, où il a manqué plusieurs occasions alors que l'Italie retrouvait son jeu après le nul décevant avec le Danemark. Vers la fin de la rencontre, positionné sur sa ligne de but, il a également été lobé par la talonnade de Zlatan Ibrahimovic.  Un coup de génie qui a permis à la Suède d'empocher un point crucial.

Risque d'élimination
Si l'Italie ne bat pas la Bulgarie, mardi, elle risque l'élimination. La Squadra Azzura pourrait également terminer troisième du Groupe C en dépit de victoire à Guimarães si le Danemark et la Suède font match nul sur un score supérieur à 1-1. Le sélectionneur, Giovanni Trapattoni, comme certains joueurs, a été la cible de critiques. Vieri a ajouté : "Vous nous massacrez du soir au matin".

Totalement faux
Buffon, qui se tenait aux côtés de Vieri, a réfuté les rumeurs de discorde. "Toute cette histoire est totalement fausse", a indiqué le gardien, qui a été l'un des meilleurs Italiens jusqu'à présent. "Si on critique notre façon de jouer, d'accord, mais les attaques personnelles et les mensonges sont intolérables."

Personne n'est à blâmer
Buffon a ajouté : "Le fait que la presse cherche la bagarre a été mis en évidence par les attaques dont a été victime Trapattoni après le match contre la Suède. Il a fait les bons choix au cours de la rencontre. Personne n'est à blâmer pour ce résultat, sauf Ibrahimovic pour avoir marqué ce but."

©uefa.com 1998-2004. Tous droits réservés.

 

Si vous voulez me laisser vos commentaires webmaster
Copyright © 2000 - All rights reserved